Tous les articles sur Malbouffe

Préparer un hiver sans frisson

Sorti des multicouches à se mettre sur le dos dehors comme dedans nos maisons, comment bien préparer les refroidissements qui … Plus Préparer un hiver sans frisson

La malbouffe, cette vraie maladie alimentaire

Aujourd’hui, la plupart de nos aliments sont transformés : ils sont passés par un processus industriel. Notre consommation de produits frais baisse. Avec à la clé des maladies comme l’obésité, le diabète, les cancers ou l’hypertension.

Définition de la malbouffe

Trop calorique, trop grasse, trop sucrée, trop salée, sans aucun intérêt nutritionnel car carencée en nutriments essentiels, comme les vitamines, les minéraux et les fibres, tout est dit dans cette appellation de ‘malbouffe’, un terme né dans les années 80, pour qualifier la mauvaise qualité de la nourriture consommée et au final nuisible à la santé. Sa traduction anglaise est encore plus éloquente, la ‘Junk Food’ signifiant littéralement une ‘nourriture faite de déchets’. Depuis 1997, la malbouffe est reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme une maladie chronique. Elle nuit à la santé au même titre que l’alcool et le tabac. La malbouffe est devenue un vrai problème de santé publique.

Lire la suite La malbouffe, cette vraie maladie alimentaire

Pourquoi devons-nous changer notre système alimentaire ?

C’est un constat global important. En 2050, 10 milliards de personnes vivront sur terre.

Il est possible et nécessaire de changer de régime alimentaire au niveau mondial d’ici 2050

C’est le constat d’alerte d’un rapport de la Commission EAT de la prestigieuse revue The Lancet. La Commission EAT est un projet de 3 ans réunissant 37 experts de 16 pays, spécialisés dans les domaines de la santé, de la nutrition, de la durabilité de l’environnement, des systèmes alimentaires, de l’économie et de la gouvernance politique.

Lire la suite Pourquoi devons-nous changer notre système alimentaire ?

Protégeons notre cerveau de la malbouffe

Notre cerveau pris dans un cercle vicieux

C’est d’abord notre système de récompense qui s’active. Notre cerveau libère de la dopamine… à forte dose. C’est elle qui nous procure ce sentiment de bien-être que nous connaissons bien. L’ennui, c’est que notre cerveau, se sentant submergé, peut avoir tendance à créer de nouveaux récepteurs à dopamine. Résultat : pour atteindre un même niveau de plaisir, nous aurons besoin de manger toujours plus de fast food.

Lire la suite Protégeons notre cerveau de la malbouffe