‘J’en ai plein le dos’ ?

On lui en met des choses, sur le dos. Il est censé devoir tout porter, tout soutenir.

Mal de dos : causes, symptômes, solutions, que faire ?

Vous souffrez du dos comme près 80% de la population. Qui aujourd’hui peut se vanter de n’avoir jamais eu mal au dos ? A vrai dire, c’est le motif de consultation médicale le plus fréquent. La bipédie, en obligeant le dos à se redresser et créant ainsi les courbures lombaires et cervicales, est en partie responsable de notre mal de dos. Toutefois, il faut admettre que nos habitudes de vie, notre façon de nous tenir et la musculature de notre dos en sont les causes essentielles.

Notre dos est l’élément central de notre corps, impossible de ne pas le bouger. Il nous protège, c’est le point fixe sur lequel nous nous appuyons pour faire face à nos obligations quotidiennes toujours plus nombreuses, toujours plus rapides, d’où l’expression : ‘J’en ai plein le dos’.

Comment prendre soin de notre dos durablement et nous soigner surtout si les douleurs perdurent ?

Qu’est-ce qu’un mal de dos ?

D’emblée, je ne fais pas ici référence aux anomalies du dos congénitales et structurelles qui occasionnent des douleurs invalidantes qui obligent parfois à des interventions chirurgicales lourdes pour soulager et réparer ce qui doit l’être et apporter ainsi plus de confort et de mobilité à la personne. J’évoque ici le mal du dos appelé parfois ‘le mal du siècle’ tant il fait référence à notre rapidité de vie, à la surcharge d’activité de notre quotidien et certainement au stress qui l’accompagne. Le burn-out est probablement l’expression de cette surcharge et de ce mal-être existentiel. Le poids de la vie finit par peser lourdement sur notre dos, sans parler de la pesanteur, de notre avancée en âge et de notre état de santé physique autant que psychique.

En fait, le dos peut se localiser à tous les étages, y compris le cou qui doit supporter la tête et ses nombreux et variables états d’âme. Le plus souvent, le mal de dos fait référence au bas du dos avec son lot  de lumbagos aigus, de lombalgies chroniques, de sciatiques parfois paralysantes, de hernies discales qui peuvent nécessiter une urgence chirurgicale en cas de paralysie du membre inférieur.

La douleur, le symptômes principal mais pas que…

A chaque niveau anatomique, la douleur ou le syndrome prend une appellation spécifique : sciatique, cruralgie, douleurs intercostales, névralgie cervico-brachiale, discopathie…Ce que les souffrants retiennent, c’est l’intensité de leur douleur, leur trajet, leur particularité, leur durée, leur fréquence…De plus, tout le monde n’a pas la même sensibilité à la douleur et il est bien injuste de traiter un patient de ‘douillet’. Pour rester bref, ces douleurs sont accentuées par l’effort ou certaines positions mais aussi apparaitre la nuit pendant le sommeil et le perturber fortement. Cette particularité permet de faire la différence entre une douleur mécanique aigue lors d’un mouvement ou d’un effort et une douleur inflammatoire chronique lors du repos. Une surcharge pondérale n’arrange rien en provoquant un déséquilibre du corps et une augmentation des douleurs.

L’arthrose fait partie de ces douleurs chroniques tenaces quand les tissus sont usés. Cela crée des déséquilibres posturaux que le corps tente de compenser par des raideurs qui limitent encore plus les mouvements du corps. C’est le cas par exemple d’un disque vertébral se retrouvant compressé entre deux vertèbres sous l’effet de ces raideurs musculaires. Le disque s’écrase et quitte sa loge et finit en hernie discale, pinçant et irritant une racine nerveuse sur son passage. La douleur suit le trajet du nerf sciatique correspondant et peut descendre dans la fesse et jusqu’au pied, voire devenir paralysante si la compression du nerf dure.

Cet état de souffrance génère une fatigue à la fois physique et psychique.

Ces douleurs s’accompagnent la plupart du temps d’une limitation des mouvements très handicapante dans la vie quotidienne, allant jusqu’à l’impossibilité de bouger. Le lumbago ou le torticolis participent de ces blocages comme ceux que l’on retrouve à tous les étages du  dos en fonction de la symptomatologie. Ils sont le fait de tensions musculaires fortes qui sont des protections installées par le corps pour le protéger des contraintes excessives sur les zones concernées.

Quelles solutions pour soulager ces douleurs de dos ?

Le premier réflexe est de faire appel au médecin qui demande des examens comme des radios, un scanner ou un IRM pour prendre la mesure du problème. En fonction des résultats, soit des médicaments anti-inflammatoires ou antalgiques suffiront pour faire passer la crise douloureuse, accompagnés de repos ou de soins de kinésithérapie, soit parfois il peut s’avérer nécessaire de proposer une intervention chirurgicale pour libérer en urgence une racine nerveuse par exemple.

Oui, parfois les lombagos aiguës peuvent disparaitre spontanément avec du repos ou des médicaments appropriés. Le plus souvent, le problème douloureux se règle sous les mains expertes d’un professionnel en thérapie manuelle comme un ostéopathe ou un fasciathérapeute. Mais si la situation perdure faute de soins ou par de mauvaises postures  répétées ou un état de stress prolongé, les douleurs de dos peuvent devenir chroniques, s’installer sur plusieurs mois et se propager à l’ensemble du dos et des membres. Les dorsalgies  et les cervicalgies sont également des douleurs du dos très fréquentes, très souvent en rapport avec une posture de travail ou un état de stress récurrent.

Le mal de dos, une question d’attitudes

Il y a consensus pour dire que la lutte contre la sédentarité, la maîtrise du poids, la gestion du stress et la connaissance des bonnes postures peuvent épargner le dos d’une manière spectaculaire. A ce stade, une bonne hygiène de vie est une condition requise pour protéger sa santé et son dos. Nous pouvons agir sur quatre principaux axes pour nous protéger : pratiquer une activité physique régulière, éviter les mauvaises positions, surveiller son poids et apprendre à se relaxer.

Pratiquer une activité physique régulière :

Afin de prévenir le mal de dos, il est nécessaire de renforcer sa masse musculaire, qui va aider le dos à faire face aux “chocs” qu’il peut subir. Par ailleurs, la pratique de la marche a des effets bénéfiques sur le dos, en développant sa capacité d’amortissement. Bouger, monter les escaliers à pied, marcher 30 minutes par jour, pratiquer du sport, au minimum deux fois par semaine… sont des petits gestes de la vie quotidienne qui peuvent éviter le mal de dos. Par exemple, la natation permet de développer et d’allonger la musculature dorsale.

Eviter les mauvaises positions :

Du réveil au coucher et même la nuit, notre dos est toujours sollicité. Des mauvaises postures répétées fatiguent inévitablement le dos. Les bons gestes commencent dès le matin et se poursuivent jusqu’au coucher.

Prendre le temps de se lever et de réveiller notre dos en faisant des étirements doux du dos sur le lit est un bon démarrage pour la journée. Plutôt que de se plier en quatre pour s’habiller ou mettre ses chaussettes et chaussures, il est préférable de s’assoir pour le faire et éviter les tensions exagérées du dos.

Partir au travail avec un sac lourd en bandoulière toujours placé sur la même épaule déséquilibre à coup sûr le dos et le contraint durablement dans sa posture. Pourquoi ne pas préférer un sac à dos qui réduit l’effort de cette charge sur les épaules et le dos ?

En voiture, la position dos sur le dossier à 100 degrés, jambes (non tendues) à la bonne longueur pour les pédales avec les pieds à plat au sol et les coudes fléchis pour saisir le volant et votre conduite devient plus aisée et moins pénible pour le corps, d’autant plus si le trajet est long.

Au bureau, le dos bien droit sur le siège, l’ordinateur devant soi et le regard dans l’axe de l’écran et les coudes à angle droit sur le bureau conditionnent une bonne journée. Attention au téléphone coincé entre la tête penchée et l’épaule relevée pendant les appels. Les pauses ont la vertu de nous faire bouger et reposer le dos qui est resté longtemps dans la même position et s’est engourdi. C’est le moment d’étirer son dos, ses bras et de bien respirer. Cette détente du corps entier fait circuler le sang, mobilise l’ensemble du corps et défatigue.

Au final, il est nécessaire d’adopter, dans toutes les tâches de la vie quotidienne, des postures adaptées au différentes situations. Par exemple, lorsque l’on ramasse quelque chose au sol, il ne faut pas faire le dos rond mais plier les genoux et maintenir le dos bien droit. Ensuite, il faut s’accroupir pour prendre l’objet et le tenir contre son corps.

Au lit, il est préférable de dormir sur le côté, ou sur le dos et si possible avec un oreiller qui maintient la tête pour protéger le cou. Nous passons plus de 30% de notre temps dans notre lit. Un mauvais matelas et un mauvais sommier peuvent être des facteurs déclenchants de douleurs multiples. Il est recommandé de changer de matelas au bout de 8 à 10 ans d’utilisation. 

Surveiller son poids :

Une alimentation équilibrée joue un rôle primordial dans la bonne forme, celle qui nous donne l’énergie pour nous tenir debout en pleine possession de nos moyens. Sans le bon carburant, tout comme l’automobile, nous manquons des éléments nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme. Avec un mauvais carburant, nous encrassons notre corps et notre métabolisme fonctionne au ralenti. Cela a un impact certain sur notre santé, notre posture, notre dynamisme, notre concentration, nos états d’âme…

Apprendre à se relaxer :

Je l’ai évoqué plusieurs fois plus haut, notre psychisme intervient dans notre posture. Regardons autour de nous et voyons ces posture caractéristiques de personnes inquiètes et stressées, le corps penché en avant, les épaules basses comme replié sur soi. Et oui, la posture rend compte d’un état psychique. Il n’est nullement question ici d’émettre le moins du monde un jugement mais de constater que ces postures de repli sur soi mettent à mal le dos. Elles expriment la souffrance de ces personnes.

Ce rappel pour explique que se faire du bien passe également par prendre soin de soi, d’entrer dans cet univers du bien-être aux multiples facettes pour retrouver l’énergie dont nous avons besoin pour vivre bien et résister au poids continuel de la vie.

La promenade, le massage, la musique, la relaxation, les amis, le repos…la liste est infinie des possibilités pour souffler, se détendre et soulager le fardeau qui fatigue note dos.

0 commentaire sur “‘J’en ai plein le dos’ ?”

  1. Bonjour Thierry Duval

    Merci pour votre article clair, précis et plein de bon sens.
    Le mal du dos et ses conséquences sont nombreuses et au travers de votre article, nous retrouvons des conseils pertinents, simples et à la portée de tous.
    La notion de bien-être est omniprésente et ce dans toute sa dimension: Alimentation équilibrée, pratiques sportives, détente, relaxation, massage, etc…mais aussi les bons gestes et postures au quotidien.
    Très instructif !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.