Pour un modèle alimentaire plus vertueux et durable

Quelles tendances nouvelles se profilent chez le consommateur ?

  1. Le modèle alimentaire évolue et les comportements aussi :

Les multiples prises de conscience au sortir de la crise sanitaire et de la pandémie nous ont obligé à changer nos habitudes. Tout comme celui de l’écologie et du social, le modèle alimentaire a évolué. Nos nouveaux comportements alimentaires deviennent aujourd’hui un vrai enjeu de société.

Par ses nouvelles attentes, le consommateur influence les producteurs. Mais dans le même temps, il devient la cible des innovations et d’un nouveau discours des marques qui tentent de s’adapter et de répondre aux aspirations inédites du client.

Cette transition alimentaire s’exprime par une expansion fulgurante du @commerce. A l’évidence, les modes d’achat ont changé, surtout depuis le confinement. La livraison à domicile est devenue la règle pour respecter les consignes sanitaires. De nombreuses startup (Gorillas, Flink, Cajou) ont vu le jour et profitent de cette opportunité pour livrer les courses à domicile dans un délai très court. C’est le temps de l’immédiateté. Amazon l’a bien compris en livrant très rapidement ses clients.

Pour autant, cela ne signe pas la disparition des magasins physiques. Il suffit de voir l’essor des petits commerces de proximité qui proposent des produits locaux de qualité et un contact humain indispensable à la fidélisation. Si la livraison à domicile des courses quotidiennes s’amplifie et se généralise, le déplacement en magasin concerne plus particulièrement les achats plaisir et qualitatifs.

  • La consommation change de peau :

Elle devient éthique, responsable et durable. Fini la consommation de masse où l’on vend beaucoup pour pas cher des produits de piètre qualité avec ses conséquences sociales sur la santé et l’environnement. Le gaspillage est maintenant montré du doigt, voire interdit pour les magasin. 61 % des consommateurs désapprouvent la surconsommation. Ils veulent consommer moins mais mieux. Le bien-être animal est pris en compte tout autant que la qualité des produits ou la juste rémunération des producteurs. Les régimes alimentaires alternatifs et responsables intéressent de plus en plus de personnes comme l’intérêt croissant pour les protéines végétales au lieu des protéines animales. De nombreuses associations et réseaux sociaux se font l’écho de ces changements et les médiatisent. Cet activisme de la fourchette traduit une quête de transparence sur l’histoire du produit avec l’enjeu du juste prix pour les producteurs. Que tous les maillons de la chaine alimentaire partagent cette valeur ajoutée en privilégiant les circuits courts et la production locale, 86% des Français y sont prêts.

  • Le caractère éthique de l’assiette :

Les nouvelles convictions du consommateur influencent et boostent l’innovation en attirant l’attention sur le caractère éthique de leurs nouvelles attentes alimentaires. Cela oblige les industriels à revoir et améliorer la qualité de leurs produits. Ainsi apparaissent des applications comme Nutriscore qui permet de se faire une idée de façon intuitive sur la qualité nutritive des produits, Yuka qui aide les consommateurs à choisir les bons produits pour leur santé. D’autres applications comme Too Good Too Go proposent la revente de produits invendus. Ynsect, symbole de la foodtech française, innove dans la protéines à base d’insectes pour résoudre les problèmes d’eau nécessaire à la production de viande animale. Enfin, les abattoirs se déplacent jusqu’à la ferme pour éviter le stress des animaux.

  • L’expérience personnalisée :

Le consommateur a soif d’expérience tant dans son acte d’achat que dans le fait de consommer. Il cherche une expérience singulière à découvrir de nouveaux produits tout en étant aidé et  accompagné par des conseils. C’est dans cette proximité humaine, dans la nouveauté et la qualité que l’on peut offrir au consommateur une alimentation adaptée, personnalisée qui réponde à ses attentes en termes de performances physiques et en conformité avec ses préférences éthiques. Sans cette aide, le consommateur se sent perdu car il est difficile de faire le tri dans toutes les informations divulguées en matière d’alimentation, sans parler des biais cognitifs de chacun et des idées reçues. Des applications comme DayTwo proposent un coaching nutritif individualisé avec des recommandations de repas, un diagnostic de santé et un suivi de progression.

Pour résumer, nous entrons dans un nouvel âge de la nutrition avec une alimentation plus saine, plus durable, plus locale. Les consommateurs sont en avance par rapport aux industriels par leurs changement de pratique alimentaires et l’évolution de leurs modes de vie. Cette nouvelle donne contraint les fabricants à revoir leurs mode de production plus en adéquation avec les nouvelles exigences des consommateurs. La pandémie a accéléré l’évolution des valeurs et des préoccupations des consommateurs.

La santé avant tout ‘ prend tout son sens au sortir de la crise sanitaire. Pour cela les consommateurs veulent être conseillés et accompagnés dans leur démarche alimentaire pour s’orienter vers une « alimentation positive » pour eux-mêmes et plus régénérante pour la planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.