Quelques enseignements du confinement

L’isolement prolongé a été riche d’enseignements sur les nouveaux comportements adoptés pendant cette période étrange d’enfermement et les sens donnés au bouleversement de nos habitudes en période de pandémie. Nombreux sont ceux qui on eu le sentiment d’être emprisonné chez eux pour redécouvrir ensuite les avantages oubliés de rester à la maison et les fondamentaux de notre existence comme la famille, le besoin de se voir, de se parler, d’être ensemble et de partager des plaisirs simples entre amis.

La sécurité sanitaire devant les libertés individuelles

Selon une étude, 48 % de Français disent préférer la sécurité sanitaire au détriment des libertés individuelles. Même si le confinement a eu des conséquences sanitaires individuelles et différentes sur la santé (prise de poids, baisse du moral, diminution de la libido, troubles du transit…) l’essentiel était de se protéger et d’éviter la contamination et la propagation du coronavirus. Le peu de personnes contaminées (5%) a montré l’intérêt et l’efficacité de cette décision. Depuis le déconfinement et le risque de relance de la pandémie, un nouveau stress envahit la population. Les messages anxiogènes relayés par les médias et les autorités médicales nous préparent à une deuxième vague de contamination. A l’évidence, la santé est devenu une préoccupation majeure de chacun d’entre-nous et une priorité du quotidien. Certains se demandent s’ils pourrons voyager comme avant sans risque pour leur santé ? Comment éviter d’attraper ce virus lorsque nous croisons tant de monde en faisant nos courses ?

Le besoin de reconnaissance au travail

De nombreuses professions (personnels hospitaliers et médicaux, commerces de proximité, nettoiement, caissières, services à domicile…) qui ont permis de sauver des vies, d’approvisionner la population sans rupture et d’apporter du service aux personnes fragiles ont montré l’importance de leurs missions et le peu de reconnaissance dont ils bénéficiaient jusque là. Les applaudissements nourris et réguliers et le dévouements de ces personnes traduisaient le besoin de reconnaissance et de remerciements légitimes pour ces employés. Tout le monde s’accordent aujourd’hui à demander pour ces professionnels une compensation financière méritée et une revalorisation pour ces personnels trop souvent dévalorisés et pourtant si essentiels à notre vie de tous les jours.

Le digital, outil de communication et d’information…

Avoir une connexion internet est devenu indispensable pour le télétravail, la formation à distance, l’école, garder le lien avec ses proches et communiquer, commercer autrement de chez soi et les loisirs. Malheureusement, tout le monde n’est pas équipé en ordinateur. Les multiples e-usages des réseaux sociaux ont permis d’échanger autrement et de garder le contact avec son entourage (Tik Tok, Instagram, whatsap, Skype…).

Le contact humain, notre oxygène de vie

Chacun a pu faire l’expérience du besoin irrépressible de communiquer et de rester en contact avec nos proches. Pour certains, cet éloignement physique, l’impossibilité de se voir et de se toucher a été vécu douloureusement. L’éloignement et le confinement ont permis à d’autres de prendre conscience de l’importance des rapports humains, de passer du temps ensemble, de vivre le bonheur simple des plaisirs partagés (jouer, se parler, rigoler, cuisiner, faire du sport ensemble, se connecter en visioconférence entre amis ou en famille…). Le foyer est redevenu le centre névralgique de notre vie de famille où la qualité de vie passe par des activités comme les relations interpersonnelles, l’école à la maison, la cuisine, le bricolage, le jardinage, la culture… De nombreuses initiatives de solidarité, de générosité et d’entraide ont permis à tous les bénéficiaires de retrouver le sourire et l’espoir et surtout le contact entre les gens.

A la recherche de solutions alternatives

On remarque que malgré les réticences managériales, culturelles et techniques, le télétravail a montré son intérêt pendant le confinement. Et même si on retrouvera un vivre ensemble, un bureau, des réunions, il semble bien qu’on ne reviendra pas en arrière. Les horaires habituels (9h-18h) ne représenteront plus un frein à l’organisation du travail parce qu’on sait à présent qu’on peut les dépasser. Près de 8 millions de personnes seraient en capacité de télétravailler.

Le second point sera notre rapport à la foule et le traumatisme de la virulence du covid-19 ne nous donnera pas envie rapidement de nous retrouver au milieu d’une grande foule ou d’une grande réunion. Plus question de se faire la bise ou de grandes embrassades tout au long de la journée, ce qui ne sera pas si simple pour nous latins qui aimons ces marques d’affection qui font partie de notre culture. L’entreprise se devra de tout faire pour rassurer son personnel, de mettre en place les moyens pratiques en termes d’hygiène et d’espace pour les précautions indispensables à notre santé. Après cette crise, nous n’irons plus au bureau parce qu’on doit y aller mais plutôt parce qu’on doit y voir des gens en particulier, parce qu’on y a un intérêt professionnel.

Les facilités qu’offrent le e-commerce ont modifié le comportement des consommateurs qui utilisent de plus en plus ce moyen pratique afin d’acheter et consommer tous les produits pour la maison.

Un nouveau modèle économique dans l’air du temps

Pourquoi ne pas s’inspirer de ces nouvelles tendances pour reconsidérer à la lumière de ces nouveaux comportements une approche professionnelle qui prendrait en compte tous ces éléments qui font notre vie d’aujourd’hui ? Pourquoi pas se mettre à son compte et devenir entrepreneur sur un marché porteur comme l’alimentation équilibrée, source de bonne santé et qui sera toujours un besoin incontournable et quotidien. Pourquoi pas utiliser la puissance d’internet pour gérer cette entreprise et distribuer facilement cette alimentation ? Pour autant, l’efficacité du digital n’exclue pas la relation directe avec le client jusqu’à son domicile pour lui apporter un service de qualité en termes de sécurité sanitaire, de renouvellement et de fidélisation. Pourquoi ne pas utiliser le modèle économique de la franchise populaire gratuite pour développer son affaire sans le moindre risque financier car sans local, sans personnel et sans stock tout en se donnant la capacité de décider de ses revenus ? A chacun de se faire une idée sur le sujet et de saisir le sens à donner à ce type de reconversion professionnelle original qui prend en compte notre nouvelle façon de penser notre vie. Rien n’arrête une idée dont le temps est venu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.