Pourquoi le confinement ? Comment se protéger davantage ?

Pourquoi le gouvernement ferme-t-il les écoles et les restaurants ?

Les décisions du gouvernement sont angoissantes faute de comprendre ce qui se passe réellement. Beaucoup de gens se disent : « si nos décideurs prennent des mesures aussi radicales, c’est que le problème doit être beaucoup plus grave que ce qu’on veut bien nous dire !! » La situation est anxiogène et rester l’oreille collée aux informations ne nous permet pas de rester serein.

Non, ce n’est pas le cas. L’objectif du gouvernement est de lisser l’épidémie dans le temps car il craint à juste titre que nos hôpitaux soient totalement débordés, ce qui est le cas aujourd’hui. A tel point que les hôpitaux se préparent à la “priorisation” de l’accès aux soins en cas de saturation des services. Le texte remis à la Direction générale de la Santé s’appuie sur “un score de fragilité” qui classe les patients selon leur état de santé préalable à la maladie et l’adapte aux spécificités du Covid-19. Ce qui revient à dire que les médecins vont opérer des choix difficiles qui devront combiner éthique et principe de réalité. Il faut reconnaitre que la question va se poser lors de l’admission croissante et subite de patients à l’hôpital et plus spécifiquement à l’entrée des services de soins intensifs. Sur le plan humain, ce serait une catastrophe d’avoir à trier les personnes faute de place et de moyens pour les soigner.

Pourquoi la priorisation ?

Le problème du coronavirus réside dans le fait que beaucoup de malades ont besoin :

  • Pour les cas les plus graves, d’être placés en soins intensifs.
  • D’une assistance respiratoire (donc d’un ventilateur) 

Le problème est que le nombre de ventilateurs, ainsi que le nombre de place en réanimation et soins intensifs sont limités. Si trop de monde attrape le coronavirus en même temps, les hôpitaux risquent d’être totalement débordés. Et quand cela arrive, des gens meurent, alors qu’on aurait pu les soigner ! C’est ce qui s’est passé à Wuhan (en Chine), et en Italie du Nord : le taux de mortalité du virus a été supérieure à la normale et le système hospitalier a été dépassé. Voilà pourquoi le gouvernement pris des mesures radicales. A cela il faut ajouter l’état d’épuisement des personnels soignants qui se dévouent sans compter pour faire face à ce surcroit d’activité dans des conditions sanitaires difficiles pour eux également. Leur fatigue, leur stress et leur manque de sommeil et de récupération les fragilisent aussi.

Points positifs et rassurants à noter

Contrairement aux épidémies du passé, les enfants semblent ne pas être touché par cette attaque virale. Quand on regarde le taux de mortalité de ce virus en Chine, on constate que quelques 3 000 personnes sont décédées sur une population de plus d’un milliard d’habitants, ce qui reste en deçà de la mortalité de la grippe en France chaque année. Certes, ce sont des morts à déplorer mais il est bon de noter que les malades décédés avaient en grande majorité des pathologies chroniques et un âge avancé. Les mesures de confinement prises par le gouvernement chinois ont portées leurs fruits car les décès reculent aujourd’hui. Tout nous laisse à penser que cette affection virale va décroitre chez nous aussi dans les semaines à venir.

Pourquoi certains pays comme le Japon ou la Corée ont un taux de mortalité plus faible ?

Leur mode de vie et leurs habitudes alimentaires renforcent leur système immunitaire.

Que pouvons-nous faire de plus ?

Que nous soyons une personne vulnérable ou non, nous avons tout intérêt à être le mieux préparé possible, physiquement.

Cela passe d’abord par quelques actions simples :

Une alimentation équilibrée : évitons les aliments sucrés qui plombent les défenses immunitaires, et mangeons assez léger (remplissons-nous au 9/10ème, comme disent les Japonais) 

Un bon sommeil : pour nous aider, éteignons notre téléviseur et arrêtons de regarder les informations anxiogènes, surtout le soir !

Une activité physique douce et régulière : c’est un des meilleurs « anti-stress » qui existe (“douce”, ce n’est pas le moment de faire un marathon ou de la musculation intensive)

Prendre des compléments alimentaires : la vitamine D, dont l’efficacité a été prouvée scientifiquement contre les infections respiratoires aiguës, une multivitamines qui contient de la vitamine C, de la vitamine E (naturelle) et du zinc un puissant anti-viral.

Toujours en prévention, c’est le moment de se faire plaisir avec une tisane de thym quotidienne avec un demi-citron bio pressé et du miel. Certains utiliseront l’huile essentielle de Laurier Noble pour ses propriétés anti-virales .

Notre responsabilité de citoyen

Chacun d’entre nous avons un rôle important à jouer dans cette “guerre bactériologique”. Tout d’abord de faire tout notre possible pour ne pas tomber malade en respectant les consignes de confinement imposées pour la sécurité de tous. Il serait dommageable de considérer ces règles comme des contraintes et pour certains de chercher à les contourner, ce ne serait pas civique et responsable. Nous avons l’opportunité d’exprimer notre solidarité, notre respect et notre admiration pour ces combattants de la santé qui se battent dans les hôpitaux pour nous garder en santé et sauver des vies en prenant eux-mêmes des risques. C’est le moment de montrer nos belles valeurs humaines et d’avoir de la gratitude pour ces héros en blouse blanche. Notre deuxième responsabilité est de ne pas contaminer les autres en faisant passer nos intérêts personnels devant la sécurité sanitaire. Face à l’adversité, nous devons faire bloc pour franchir l’obstacle et sauver un maximum de vies par notre sens des responsabilités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.